MaiaScripta
Mettons votre livre au monde ensemble
logo-maiascripta

Les outils de l'auteur auto-édité · L'écriture

Cet article est le premier d’une série de trois dédiés aux outils de l’auteur auto-édité.

Et la première étape de l’auto-édition est, bien entendu, la création d’un texte à publier.

Je vais parler ici des différents outils utiles aux auteurs de fiction mais nombre d’entre eux peuvent être transposés aux livres pratiques.

Ces outils peuvent être physiques ou numériques car un auteur va souvent passer de l’un à l’autre en fonction de ses préférences et ses habitudes.

Étudions donc, pour chaque étape de la création, les outils les plus pertinents.

L’écriture exploratoire

L’écriture exploratoire n’a pas pour vocation de produire du texte utile. Son but est de vous permettre de vous entraîner, notamment grâce à des sources extérieures, surtout quand vous avez des « pannes d’inspiration ».

Pour cela, le plus simple, c’est d’utiliser les jeux d’écriture :

  • Les jeux « classiques » où vous aurez besoin d’un camarade de jeu ou d’un assistant :
    • essayez d’écrire un texte court qui inclut 5 mots donnés par votre assistant ;
    • tentez un « cadavre exquis» : l’un de vous commence un texte et s’arrête en plein milieu avant de passer la main au suivant qui doit le continuer
  • Les jeux de dés (Rory’s Story Cubes par exemple) )ou de cartes (comme Storymatic en anglais mais vous pouvez trouver de nombreux équivalents en français).
    La plupart de ces jeux ont été conçus pour jouer à plusieurs mais vous pouvez les détourner pour vous lancer des défis d’écriture.

Côté numérique, il existe des équivalents à ces jeux, tels que le site DraftQuest, qui vont vous proposer des images aléatoires afin de vous donner des idées d’écriture.

L’écriture exploratoire est souvent négligée alors que c’est votre échauffement nécessaire si vous souhaitez garder votre énergie créative.

N’hésitez pas à la pratiquer à l’écrit comme à l’oral, seul, avec vos amis ou vos enfants. Par ailleurs, si vous intégrez une communauté d’auteurs, n’hésitez pas à en choisir une qui propose des activités d’écriture exploratoire.

L’organisation et le worldbuilding

Vous connaissez peut-être la différence entre les « jardiniers » et les « architectes ». Ce sera sûrement l’objet d’un prochain article, d’ailleurs.

Cette partie est donc très importante pour les auteurs à tendance architecte : comment garder la trace de toute l’organisation que vous avez créée : vos fiches personnages, vos cartes, vos chronologies, vos textes de lois obscures, bref… toute la connaissance de votre univers à laquelle vous souhaitez pouvoir vous référer à tout moment de votre rédaction.

Je suis moi-même grande partisane de la méthode à l’ancienne : le bon vieux classeur avec intercalaires, afin de pouvoir ajouter, trier, réorganiser, supprimer et tout retrouver rapidement. Je note mes idées sur tout ce que j’ai sous la main (post-it, carnet, bout de nappe en papier) et je les recopie au propre ensuite pour les ranger, ce qui me permet de vérifier leur cohérence par la même occasion.

Si vous préférez le numérique pour que votre monde soit toujours à portée de main via votre smartphone, je vous propose trois solutions :

  • L’utilisation de répertoires et de fichiers parfaitement organisés, sur un drive accessible partout (par exemple, Google Drive si vous utilisez ensuite votre téléphone sur Android pour y accéder) ;
  • L’utilisation de logiciel d’écriture multi-tâches, tels que Scrivener, qui permettent de ranger des dossiers et fichiers directement dans votre projet d’écriture ;
  • L’utilisation de plateforme de création d’univers, tels que WorldAnvil, qui vous permettra le gros avantage des références croisées.

Quel que soit la méthode que vous souhaitez utiliser, rappelez-vous deux choses :

  • Votre choix doit venir de vos habitudes d’écriture : quand est-ce que vous travaillez sur votre monde, quand est-ce que vous écrivez et avez besoin de vous y référer ?
  • Votre création de monde, même si vous pouvez vous y perdre avec plaisir, n’est a priori pas le but final de votre projet ; votre but est d’écrire des histoires.

La rédaction et la révision

Attention, même si la rédaction et la révision sont deux activités qui utilisent généralement les mlêmes outils, il est important de les séparer. Pour chacune, vous devez être dans un état d’esprit différent, créatif pour la première, analytique dans la seconde.

Une manière de se mettre dans le bon état d’esprit est de changer d’outil, justement. N’hésitez donc pas à en tester plusieurs pour savoir ce qui vous correspond le plus et ne pas forcément vous limiter à votre…

Traitement de texte

C’est l’incontournable et ce pour une bonne raison : il peut tout faire pour vous. Il va vous permettre de rédiger (du brouillon pendant votre écriture exploratoire, du premier jet, des versions révisées, votre synopsis, etc), de corriger (en le partageant et en utilisant les fonctionnalités de commentaires et de correction), de faire une mise en page basique et de partager (grâce à ses fonctionnalités d’export PDF).

Je dit « il » car je ne vais pas vous parler d’un traitement de texte en particulier. Même si Microsoft Word est prédominant, il n’est pas le seul sur le marché et ses concurrents sont tout aussi pratiques et efficaces pour un auteur.

L’inconvénient majeur du traitement de texte ? Il n’est pas vraiment adapté à l’écriture « dans le désordre ».

Carnet et bloc-notes

Et oui, car certains ont encore besoin de rédiger sur papier. Cela permet notamment cette forte distinction rédaction (à la main) / révision (à l’ordinateur).

Le carnet permet à l’auteur d’écrire en toute circonstance car il est pratique à garder dans son sac.

L’inconvénient majeur de l’écriture manuscrite n’est pas tant la retranscription (votre étape de révision va de toute manière requérir de tout réécrire, quel que soit l’outil de départ), mais plutôt une difficulté à juger de la longueur de son texte et à garder une homogénéité d’un chapitre à l’autre lors de la création.

Bloc-notes numérique

C’est la transition entre papier et numérique.

Il permet aux auteurs qui préfèrent l’écriture manuscrite de continuer à écrire à la main.

Mais il ajoute des fonctionnalités qui vous feront gagner du temps par la suite :

  • l’organisation de vos écrits (pratique quand on écrit dans le désordre) ;
  • la réduction de place (pas besoin d’avoir un carnet par histoire et de devoir retrouver ses textes sur 18 carnets pour construire une histoire complète) ;
  • la retranscription prémachée grâce à des OCR (outils de reconnaissance d’écriture).

 

Selon le modèle que vous choisissez (Notea, reMarkable, etc), vous aurez ensuite des options plus ou moins utiles. Et ces outils évoluent très vite donc n’hésitez pas à vous renseigner sur les nouveautés.

Logiciel d’écriture multi-tâches

Nous revenons à notre logiciel d’écritures, comme Scrivener ou Dabble.

Ce type de logiciel, en plus de contenir tout votre worldbuilding et votre intrigue, est fait pour la rédaction et la révision. Il inclut généralement des modes « concentration », un décompte de vos mots (avec des statistiques), une gestion des  versions, des étiquettes et catégories pour vous y retrouver, des possibilités d’imports et d’export avancés, etc.

Ces logiciels sont conçus pour les écrivains et ça se sent.

——

Quels outils utiliser alors ?

Cela dépend beaucoup de votre manière d’appréhender l’écriture et de vos habitudes. Ce qui convient à un autre auteur n’est peut-être pas pour vous. Et ce qui vous convient aujourd’hui ne vous correspondra peut-être plus dans cinq ans.

Ma seule recommandation est seulement : essayez, si vous le pouvez, de séparer vos activités d’écriture en utilisant des outils différents. Le temps perdu à appréhender chacun sera gagné à vous mettre le bon état d’esprit.

Et n’oubliez pas ! Après l’écriture vient l’édition pour passer d’un manuscrit à un livre. Et là, c’est encore un tout autre univers que nous explorerons bientôt ensemble.

Vous souhaitez vous aussi mettre au monde votre livre ?

Notre équipe MaiaScripta est là pour vous accompagner dans cette naissance. Laissez-nous un message, on vous recontacte pour en discuter et planifier les étapes.

Pour nous contacter :

logo-maiascripta
Services aux auteurs auto-édités
contact@maiascripta.fr

Suivez-nous sur nos réseaux !

Copyright © 2024 Bosch Publication • Tous droits réservés • Fait avec 💛 par La Banlieusarde®